Facebook
    11 juillet 2017 | Dans Actualité, Denis Marion | Pas de commentaire »

    Si tu veux ton permis, accélère !

    « Vite ? Mais je ne roulais pas vite. Bon c’est vrai que si j’avais été moins vite l’accident n’aurait pas eu lieu, mais en roulant moins vite ce serait impossible d’avoir l’examen. En roulant comme ça, l’élève se ferait ajourner…»

    Le collectif Calvin & Hobbes accueille la famille Pin-Paon,  pour ses chroniques.

    L’idée que le conducteur est un être raisonnable, empathique, compréhensif est très forte. Combien de fois n’avons-nous pas entendu des conducteurs sûrs d’eux et de leur civisme. Mais combien de fois aussi, chacun a pu constater dans son chef ou dans celui d’autrui que nous sommes loin de ce chauffeur idéal.  (suite…)

    Noir c’est noir : trois polars de choix

    Le duo Giacometti-Ravenne écrit depuis une dizaine d’années des thrillers ésotériques d’excellente facture, mêlant des intrigues contemporaines à des sujets toujours nimbés de mystères comme les Templiers, la franc-maçonnerie, les illuminati ou le secret de Rennes-le-Château. Dans leur nouveau livre, Conspiration, les deux histoires entremêlées sont aussi intrigantes l’une que l’autre : la contemporaine voit le commissaire franc-maçon Antoine Marcas enquêter sur Skull ans Bones, la société secrète de l’université de Yale, aux Etats-Unis, l’historique a pour cadre la Révolution française, la rivalité entre Danton et Robespierre et la profanation de la basilique de Saint-Denis. Sur tous ces sujets, on apprend plein de choses tout en étant happé par une intrigue sans le moindre temps mort. Les amateurs de ce genre de livres se régaleront. (JC Lattès) (suite…)

    6 juillet 2016 | Dans Etienne Payen, Musique | Pas de commentaire »

    Gentjazz et Middelheim Festival : vos rendez-vous de l’été.

    Comme chaque année, les somptueuses villes de Gand et Anvers seront les capitales du jazz durant la période estivale. Ainsi du 7 au 16 Juillet, le Gent Jazz Festival se déroulera dans le cadre étonnant du Bijloke – superbes hospices du 13e siècle, situés dans un parc, transformé à grands frais et où rien n’aura été laissé au hasard dans la réhabilitation. Ainsi le grand Chapiteau blanc accueillera quelques jazzmen de notoriété mondiale ( Pat Metheny et Ron Carter, Brad Mehldau et John Scofield, John Cale, Terence Blanchard, Hugh Coltman…) sans oublier la venue de celui qui mettra à nouveau le feu aux poudres sur la scène principale le Jeudi 7 juillet : le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf.
    Le dimanche 10 Juillet sera consacré aux groupes flamands avec d’agréables découvertes comme Bardo et Kamikaze. Le Jeudi 14 sera la journée de la Soul Music grâce à des stars de renommée internationale (comme Ala.ni, Allen Stone, St Germain (15), Lianne la Havas et la diva du blues et de la soul : Jill Scott.

    La programmation se veut volontairement hétéroclite et ouverte à d’autres courants qu’ils soient soul, ou même nettement plus pop qu’auparavant. Mais toujours avec une même constance : celle d’être teintée d’une grande exigence de qualité, d’un souci d’originalité et du plaisir d’accueillir des stars confirmées ou de vedettes en devenir. Le Gent Jazz est une manifestation à vivre à la fois pour son programme, son superbe cadre, son professionnalisme et sens de l’accueil et last but least : l’acoustique parfaite des concerts. Bref une festivité à inscrire dans votre carnet du mois de juillet.

    Même organisation mais autre ville et ce durant le week end du 12 au 15 Août : le Jazz Middelheim. Une véritable institution qui fêtera sa trente cinquième année. À nouveau un superbe parc, situé dans un quartier chic et bourgeois d’Anvers, un chapiteau ouvert, deux scènes. Une réunion familiale pour beaucoup d’habitués mais aussi un lieu de découvertes pour les puristes de la note bleue grâce une programmation essentiellement jazz avec de multiples happening. Cette année, le fil conducteur de la fête sera la résidence offerte au trompettiste israélien Avishai Cohen (à ne pas confondre avec son homonyme contrebassiste) qu’on retrouvera ainsi dans différentes formations et styles durant ce week end.
    Quelques grands noms du jazz enchanteront vos oreilles : à savoir le batteur Billy Hart, les trompettistes Wallace Roney Jr et le batteur Denardo Coleman dans un Tribute consacré à son père Ornette Coleman, la chanteuse Tutu Puone, la diva de la Pop Underground Patti Smith, la star belge du piano Jef Neve en duo avec le rappeur Typhoon, le pianiste américain Craig Taborn en solo sans oublier l’exceptionnelle présence du saxophoniste Pharoah Sanders en trio. Signalons le 14 Août le concert de la chanteuse belge Mélanie De Biasio toute auréolée du succès mondial de son dernier album. Bref, du bon, du beau, du plaisir !

    Contrairement à Gand, un registre plus jazz, des stars internationales mais aussi belges, un lieu et une ambiance cosy, où les enfants sont bienvenus. Une autre date à retenir pour le 15 Août. Que ce soit à Gand ou à Anvers, que vous soyez novice ou grand amateur de sonorités détonnantes, voici deux superbes occasions de découvrir une merveilleuse musique ; le tout dans de jolis endroits et dans une atmosphère agréable et des conditions optimales. Vous savez ce qu’il vous reste à faire !Ibrahim_Maalouf_Kalthoum-FB-Vierkant_Kader
    Etienne Payen
    www.gentjazz.com
    www.jazzmiddelheim.be

    Acteur et spectateur du paysage

    Une carte blanche de Denis Marion, de l’asbl Epures, publiée dans espace-vie l juin 2015 l n° 252
     

    « La modification du paysage est aussi l’affaire des petits détails quotidiens »

    « Pour autant que les actes et travaux projetés, soit respectent, soit structurent, soit recomposent les lignes de force du paysage, un permis d’urbanisme peut être octroyé en dérogation aux prescriptions d’un règlement régional d’urbanisme, d’un règlement communal d’urbanisme, d’un plan communal d’aménagement ou aux prescriptions ayant valeur réglementaire d’un permis de lotir, etc. »

    (suite…)

De Damme à Bruges 05

Le Béguinage de Bruges au printemps ©Luc Teper

Noir c’est noir : trois polars de choix

Le duo Giacometti-Ravenne écrit depuis une dizaine d’années des thrillers ésotériques d’excellente facture, mêlant des intrigues contemporaines à des sujets toujours nimbés de mystères comme les Templiers, la franc-maçonnerie, les illuminati ou le secret de Rennes-le-Château. Dans leur nouveau livre, Conspiration, les deux histoires entremêlées sont aussi intrigantes l’une que l’autre : la contemporaine voit le commissaire franc-maçon Antoine Marcas enquêter sur Skull ans Bones, la société secrète de l’université de Yale, aux Etats-Unis, l’historique a pour cadre la Révolution française, la rivalité entre Danton et Robespierre et la profanation de la basilique de Saint-Denis. Sur tous ces sujets, on apprend plein de choses tout en étant happé par une intrigue sans le moindre temps mort. Les amateurs de ce genre de livres se régaleront. (JC Lattès) (suite…)

Plongée en Actes Noirs

Voici une brève recension de quelques polars parus cette année dans la collection Actes Noirs chez Actes Sud. On y retrouve une vieille connaissance, l’Espagnol Victor del Arbol, avec La veille de presque tout (traduit par Claude Bleton). Après avoir réglé son compte à l’assassin d’une fillette, l’inspecteur Germinal Ibarra a quitté, sans regret, la chaleur de Malaga pour sa Galice natale. Mais il ne va pas bien, cherche un sens à sa vie. Jusqu’à ce qu’une jeune femme sévèrement abîmée admise aux urgences de l’hôpital de La Corogne demande à lui parler. Elle n’est autre que la mère de la fillette assassinée et elle lui raconte comme elle est arrivée là. Alternant les époques et les lieux, l’intrigue passe de l’Espagne franquiste à la dictature argentine et offre une galerie de personnages blessés par la vie et dépositaires de secrets. L’auteur de Toutes les vagues de l’océan signe un roman noir bouleversant qui met à nu la nature humaine. (suite…)

Littératures d’ailleurs (2) : L’Italie

Elena Ferrante et Erri De Luca sont deux écrivains italiens parmi les plus lus en français aujourd’hui. On connaît les déboires de la première. Alors qu’elle veillait scrupuleusement à conserver son anonymat, un journaliste italien a révélé son identité. Quel intérêt ? Celle qui fuit et celle qui reste est le troisième tome de sa saga romanesque formée par L’amie prodigieuse et Le nouveau nom. À travers l’histoire de deux amies issues d’un quartier populaire de Naples, Elena et Lila, la romancière raconte un demi-siècle d’histoire italienne. Les deux adolescentes sont aujourd’hui trentenaires, ont suivi des voies divergentes et se voient moins. L’une a fait un mariage bourgeois et publié un roman, ce qui la conduit à fréquenter le milieu intellectuel. L’autre, plus militante, a quitté son mari pour vivre avec son amant, travaille à l’usine et se bat pour le droit des femmes tout en élevant son fils. La toile de fond est l’Italie des années de plomb, avec les Brigades rouges mais aussi la Maffia, tandis que les forces politiques sont représentées par la démocratie chrétienne et les communistes. (Gallimard, traduit par Elsa Damien) (suite…)

De Damme à Bruges 04

Le moulin de Damme au soleil couchant ©Luc Teper

Littératures d’ailleurs (1) : L’Islande

Même sans n’avoir jamais mis les pieds en Islande, on peut en savoir plus sur cette île grâce aux nombreux romans des ses écrivains disponibles en français. Le polar est évidemment en très bonne place, avec Arnaldur Indridason, Arni Thorarinsson ou Jon Hallur Stefansson. Voici un nouvel auteur, ou plutôt une nouvelle auteure, Lilja Sigurdardottir (à ne pas confondre avec Yrsa Sigurdardottir), dont Métailié publie Piégée, premier tome de la trilogie Reykjavik Noir (traduit par Jean-Christophe Salaün). En cet hiver 2010-2011, la capitale fait face à deux fléaux, les suites de l’éruption du volcan Eyjafjöll qui a duré de mars à octobre et, surtout, les retombées de la crise financière de 2008 qui a mis l’économie du pays à genou. Si Sonja voyage beaucoup, ce n’est pas vraiment par plaisir mais pour passer de la cocaïne afin d’avoir assez d’argent pour récupérer son fils qui vit avec son père et qu’elle ne voit que les weekends. Ses fréquents passages par l’aéroport de Keflavik intriguent un vieux douanier, Bragi, dont la femme souffre de la maladie d’Alzheimer. Autour de ces deux personnages, gravitent une quantité d’autres qui font de ce thriller, très vivant, un portrait sans fard de l’Islande actuelle. (suite…)

Si tu veux ton permis, accélère !

« Vite ? Mais je ne roulais pas vite. Bon c’est vrai que si j’avais été moins vite l’accident n’aurait pas eu lieu, mais en roulant moins vite ce serait impossible d’avoir l’examen. En roulant comme ça, l’élève se ferait ajourner…»

Le collectif Calvin & Hobbes accueille la famille Pin-Paon,  pour ses chroniques.

L’idée que le conducteur est un être raisonnable, empathique, compréhensif est très forte. Combien de fois n’avons-nous pas entendu des conducteurs sûrs d’eux et de leur civisme. Mais combien de fois aussi, chacun a pu constater dans son chef ou dans celui d’autrui que nous sommes loin de ce chauffeur idéal.  (suite…)

Dublin 06

Statues sur O’ Connell street ©Luc Teper

Dublin 05

Extérieur nuit sur le fleuve qui traverse Dublin (la Liffey) ©Luc Teper

le baiser de la mort

Le verdict des médecins est clair : Benoit Lutgen a été atteint d’une affection macronite aigüe, sans doute transmise par un virus venu du sud, aggravée par un redoutable coup de chaleur dû à la canicule. Elle provoque chez le patient une sensation d’étouffement avec des effets secondaires violents: pris de convulsions, le malade s’en prend aux meubles, particulièrement les fauteuils de ministres et tables de négociation. L’entourage reste muet de stupeur. Jadis, il cachait ses malades à l’abri des hauts murs du château. Aujourd’hui, il organise à grand frais des conférences de presse.
Le Larousse médical, d’où est extraite cette description clinique, relève que la macronite est une maladie récente apparue comme d’autres nouveaux virus en ce début chaotique du vingt et unième siècle, tels le trumpisme, la daeshisme, le poutisme ou l’erdoganisme.
A la différence des autres affections caractérisées par la destruction de tous les corps étrangers qui ne lui ressemblent pas, le macronisme est un virus dit avaleur qui absorbe tout ce qui l’entoure, le digère et l’efface. Ses effets rappellent le comportement de la mante religieuse, (suite…)